Petites histoires de Beaumont

Souvenirs des années d'après-guerre Souvenirs de Robert Bourdy La place de BeaumontAu sommet de la butte, la Place était le nombril de la commune. Quadrilatère herbeux d’une centaine de mètres de coté, cerné par une unique bordure de maisons. Sur la droite en arrivant de la vallée, le marchand de vin, Monsieur Gaborit dont le chai... Lire la Suite →

Le parlanjhe

Depuis des siècles, les langues régionales sont demeurées vivantes parce qu'elles sont liées à la vie et à la culture. Le poitevin-saintongeais est parlé en Poitou, en Vienne, en Deux-sèvres, en Vendée et dans les deux Charentes et bien sûr c'est le parler de Beaumont Saint-Cyr. Véritable langue régionale, il possède une grammaire, un dictionnaire... À nous de le faire vivre ! Nous inaugurons cette rubrique, réalisée par Jaques Sibileau en vous parlant des menhirs de Saint-Cyr. L'écriture est une écriture normalisée. Vous trouverez la "traduction" à la suite et... vous aurez la possibilité de l'écouter.

Vivre à Beaumont avant l’électricité

Souvenirs de Paul Gaborit, né en 1920. Propos recueillis par Françoise Bergeon en 2014 VIVRE A BEAUMONT SANS ELECTRICITE, NI EAU COURANTE, NI TELEPHONE ! On a peine à imaginer la vie sans électricité, et pourtant l’électricité n’a été installée à Beaumont-La Tricherie que vers 1925. Même lorsque je suis entré comme interne au Lycée de... Lire la Suite →

Les stationnaires du télégraphe de Chappe

La ligne du télégraphe optique Chappe, Paris-Bayonne, fonctionna de 1823 à 1851 et traversait le département de la Vienne en 12 postes dont Beaumont au lieu dit « le Télégraphe », situé à une altitude de 153 m et situé à 1300 m au Nord Ouest du bourg. Ce poste était en relation avec ceux de Scorbé-Clairvaux au nord et Montamisé au sud. Les stationnaires sont les employés du télégraphe.

Le passé industriel de La Tricherie : l’usine LEFORT

La Tréfilerie d'acier dite Tréfilerie Lefort L'usine de la Tricherie a été construite en 1939 dans le cadre de la décentralisation par la tréfilerie Lefort de Charleville, fondée en 1891.  L’origine et les ouvriers En 1939, ce sont 140 personnes qui y travaillaient, à la Tricherie, pour la quasi totalité des ardennais qui avaient été déplacés... Lire la Suite →

WordPress.com.

Retour en haut ↑