La bataille de Poitiers (1356) à la Tricherie ?

Malencontreusement connue, la bataille de Poitiers de 1356 marque l’échec des troupes françaises du Roi Jean II le Bon sur celles, anglaises, du Prince Noir.
Le 19 septembre 1356, le roi de France fut pris en otage ainsi que son fils Philippe et d’autres nobles français. Le large consensus scientifique permet d’établir que le petit village de Maupertuis à deux lieues au sud-est de Poitiers aurait été l’endroit de l’affrontement. Mais au XVIIIe siècle, certains « historiens » et notables pensaient que la bataille se serait déroulée aux alentours…de la Tricherie !

Dans l’ouvrage Mémoires pour l’histoire des sciences et des Beaux-Arts (ici), un certain « avocat de Poitiers », Monsieur Bourgeois de la Rochelle, publie un article en 1743 dans lequel il explique pourquoi la bataille se serait déroulée non pas au sud mais au nord de Poitiers. Il cite et s’inspire de Jean Froissart, grand commentateur et conteur de l’histoire de France pendant le XIVe siècle, principale source française ayant inspiré les travaux des médiévistes.

Les différents historiens postérieurs à Bourgeois de la Rochelle vont se baser sur le récit originel de Jean Froissart, reconnu par tous pour s’éloigner du latin dans ses textes et pour sa forme en prose, qui prouve que la vérité prend le pas sur le mythe. 

Dans une de ses notes, en écriture gothique, le nom de « Beaumont » et non de « Beauvoir » y aurait été inscrit. 

Etudions chacun de ses arguments et tentons de voir pourquoi ils ne furent pas retenus.

Selon cet avocat, le roi Jean II le Bon venait de La Haye (actuellement Descartes), en Indre-et-Loire, et descendit la Creuse pour aller jusqu’à Chauvigny. Pensant que les troupes anglaises (près de 7.000 hommes) étaient devant eux, le roi Jean II décide de camper quelques jours le long de la Creuse près de Chauvigny pour se poser.
Cela n’était point puisque les troupes anglaises étaient, en cette mi-septembre 1356, derrière eux, et ces derniers foncèrent sur les Français se dirigeant vers Poitiers. Cette offensive du Prince Noir eut lieu près du Breuil-l’Abbesse sur la route de Poitiers à Chauvigny. 

Jean II, dit « le Bon », né le 26 avril 1319 au château du Gué de Maulny du Mans et mort à Londres le 8 avril 1364, fils du roi Philippe VI et de son épouse Jeanne de Bourgogne, est roi de France de 1350 à 1364, le deuxième souverain issu de la maison capétienne de Valois. Il est sacré roi de France le 26 septembre 1350.

Édouard de Woodstock (15 juin 1330Woodstock – 8 juin 1376Westminster), prince de Gallescomte de Chesterduc de Cornouailles puis prince d’Aquitaine, était le fils aîné d’Édouard IIId’Angleterre et de Philippa de Hainaut. Il est aussi connu sous le surnom de Prince Noir

Les Français s’enfuirent ensuite dans la forêt. Mais quelle forêt ?
C’est la question que se pose l’avocat Bourgeois dans son article pour déterminer le lieu de ladite bataille de Poitiers. Est-ce la forêt de Nouaillé ou la forêt de Moulière, comme l’affirme Bourgeois, de telle sorte que pour l’ultime bataille Anglais et Français se rencontrèrent entre le Fou et Beaumont ? 

La conviction de Bourgeois : une bataille non pas au sud de Poitiers mais au nord

Lisons en vieux français (ça ne fait pas de mal) un extrait de son article sur le déroulement de la bataille.

Mais de quelle montagne parle-t-il étant donné que Maupertuis ou Beauvoir, le lieu communément cité, n’est qu’une plaine faite de champs ? 

Les rochers, sur la lithographie ci-dessus, représenteraient les collines et nous invitent à penser que la bataille s’est livrée près d’une vallée.  

« Tout concourt à prouver que cette même bataille s’est livrée près de Beaumont »

Bourgeois de la Rochelle pense en effet qu’un mont est un endroit idéal pour livrer bataille et que les Anglais auraient choisi de s’y implanter pour dominer la vallée et pour mieux contrôler les Français.

Bourgeois avance également que Maupertuis ne se situerait pas à côté de Nouaillé mais entre Beaumont et Vouneuil-sur-Vienne. L’étymologie de « maupertuis » nous informe qu’il s’agirait d’un lieu où le chemin est mauvais. Somme toute, le lieu de Maupertuis ne serait pas antérieur à la bataille. Dans les imaginaires, il est l’image de la déroute des cavaliers français, qui auraient été poussés à la bataille par surprise.

Bourgeois sait aussi qu’un lieu proche de Beaumont se nomme « La Bataille », ce qui viendrait appuyer sa thèse. Mais, ne fait-il pas confusion entre la bataille de 732 et celle de 1356 ? 

En accord avec la lithographie, la bataille s’est déroulée pour lui sur la plaine entre Beaumont et le Fou, actuellement aux environs de Saint-Cyr.

Le château que l’on aperçoit dans le fond est-il le domaine du Fou ? Et les rochers, représentent-ils les nombreux menhirs proches de Saint-Cyr, dont celui de Pierre-fitte ? Les Anglais auraient-ils fait exprès de provoquer les Français sur le lieu de la bataille de 732 contre les Arabes, pour se montrer revanchards ?

Ces questions sont bien évidentes pour Bourgeois de la Rochelle…

La candidature au XVIIIe siècle de Beaumont comme lieu de la bataille de 1356 aura retardé significativement l’attribution commune qui est celle de Nouaillé-Maupertuis. 

Le récit convergeant d’un observateur du XIVe siècle : Villani

Sans que Bourgeois de la Rochelle ne le sache, un observateur italien du XIVe siècle livre sa propre version de l’affrontement. 

Mathieu Villani connait peu avant sa mort (en 1363), la bataille de Poitiers. Il en rapporte quelques éléments dans ses Mémoires(résumé disponible ici), alors base de ce qu’il a rapporté à la Cour italienne :

Léon Babinet, ancien président de la Société des Antiquaires de l’Ouest, ayant rapporté dans son ouvrage Etude de la bataille de Poitiers-Maupertuis (1883) un historique des lieux de la bataille, pense que Villani a utilisé « Tricherie » pour désigner l’endroit où les Anglais auraient pris par surprise les Français pour mieux les dominer lors de l’affrontement.

Le XIXe siècle : l’abandon progressif de la piste de Beaumont et le retour au récit originel de Froissart

Un certain docteur Allonneau énonce, dans un mémoire en 1841, les trois principales hypothèses sur le lieu de la bataille de Maupertuis : Nouaillé, Beaumont et Chauvigny.

Il réfute les deux dernières, dont celle de Beaumont qu’il considère infondée au vu de la rivière du Clain, qui n’a pas été mentionnée par Froissart.
Selon Bourgeois de la Rochelle, la bataille de Poitiers aurait commencé au Fou, puis se serait terminée à Beaumont. Impossible pour Allonneau puisque Beaumont est situé à quatre lieues de Poitiers et non à deux ! 

Léon Babinet conclut que le consensus historique, grâce à plusieurs historiens locaux, a pu être entier puisque le lieu de Maupertuis a été directement associé à la ferme de la Cardinerie, actuellement sur la route de Mignaloux à Nouaillé. 

Malgré cela, des fervents défenseurs de l’hypothèse beaumontoise ont retardé la mise en place de ce consensus. Il faut en effet dire qu’une petite colline, bordée par une rivière, en plein «Seuil du Poitou», peut laisser croire que c’est un lieu idéal pour livrer bataille !

Contribution : Raphaël Serreau

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :